Les X en colère !

Bienvenue !


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

X née le 14/11/1971 au Belvédère (76):40ans de questions, de rage, d'incompréhension et toujours ce besoin de savoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

flower Bonjour à toutes et tous flower

Je souhaitais vous remercier d'exister déjà ; car à l'époque où j'ai commencé à chercher ce qui se cachait derrière ce "née sous x", je n'avais pas à ma disposition tous les moyens "d'aujourd'hui" et je culpabilisais à mort à l'idée de blesser mon père et ma mère. A l'époque c'était encore tabou entre nous et j'étais totalement perdue, honteuse presque.

Après toutes ces années, égoistement, je suis heureuse de partager avec d'autres X mon expérience.

X un jour X toujours... je suis passée sur le site une bouteille à la mer, je me suis dis : après tout pourquoi pas, et ce suite à un reportage récent.

D'ailleurs à chaque reportage sur le sujet, je bouillonne et je termine les yeux humides et rouges, une boîte de kleenex sur les genoux...

J'ai déjà fais des recherches, j'en parlerai plus bas.

Tout à commencé... enfin il m'a semblé que tout ait commencé, quand j'avais 8 ans, à l'école au moment de la récré; j'étais assez solitaire et loin d'être populaire; un jour une petite "blondasse" prénommée Isabelle, est venue avec sa suite d'esclaves me voir dans mon coin et m'a dit: "ça fait quoi d'être une bâtarde qui ne sait d'où elle vient?".

Je suis restée comme deux ronds de flan, l'espace de deux secondes; ensuite, je l'ai balancée par terre et je lui collais des gifles à tout va; j'étais dans une rage et une détresse abominable!

Nous avons été séparées par notre maître d'école. De retour dans la classe il a voulu savoir le motif de cette dispute.

J'ai du lui répondre devant toute la classe, j'en voulais à la terre entière mais à eux deux tout particulièrement.

Ce dernier,nous alors parlé de ses enfants, un petit garçon et de sa petite fille dontbles origines ne laissaient acun doute sur l'absence de filiation généique, que c'était fabuleux de pouvoir adopter quand on ne pouvait pas avoir d'enfant.

Quand j'y repense je reconnais qu'il a tenté d'apaisé la née sous x que j'étais ; mais à 8 ans, j'étais sourde et aveugle !j'avais juste envie de lui répondre que ses gamins ne poseraient certainement pas la question de savoir dans la mesure où leurs parents étaient blancs comme neige et eux pas ! moi on m'avait toujours dit que j'étais le portrait de mon père ! alors pour le coup ... j'étais déchirée ! je n'étais plus personne et cette garce le savait et moi pas...

Je suis rentrée chez moi dans un état lamentable, il fallait que je sois rassurée, que cette peste ait le bec cloué... ben non j'ai pris la deuxième couche à la maison. J'ai tout déballé à ma maman en rentrant... la pauvre elle est restée "scotchée"; elle m'a prise tendrement à côté d'elle et m'a parlé tout doucement; elle m'a dit que bien sur j'avais été adoptée - choc interne, tout mon monde s'écroule d'un bloc et ce que je suis part en fumée, je n'y comprends plus rien, je suis perdue-elle m'explique tendrement que depuis que je suis toute petite, mon père et elle m'expliquait comment j'étais arrivée à la maison, comment ils m'avaient choisie parce que je rigolais et je leur souriait beaucoup...; c'est ce que les "services sociaux" leur avait dit, surtout ne pas me le cacher...

Comme quoi, l'esprit humain est étrange; comment ais je pu occulter une info pareille? c'est une question que je me pose encore aujourd'hui.

Dans les années qui ont suivies, j'étais devenue dure, enragée, pleine de haine envers le monde entier; perdue, aimant mes parents mais pensant que peut être j'avais été enlevée, que mes "vrais" parents me recherchaient, des tas de questions ce ce genre, alors même que j'aime mes parents !

mais toutes ces infos devaient faire leur chemin... une nouvelle fois... Je me rappelle quelques années après, de quelqu'un me disant "qu'est ce que tu ressemble à ton père" et moi de répondre pleine de hargne "ah bon? parce que vous vous le connaissez ? je n'ai pas cette chance"...

J'ai dû leur faire beaucoup de mal et ils n'ont pas dû comprendre à l'époque les pauvres.

Les années passaient, la hargne baissait... un peu, je restais cependant avec l'envie de savoir à quoi elle pouvait bien ressembler celle qui m'avait portée 9 mois et à quoi ressemblait-il lui ? pourquoi ils ne m'avaient pas gardée avec eux ? avais-je des frères, des soeurs biologiques ?

A 18 ans je suis allée à la mairie réclamer mon acte de naissance, j'ai bien vu le gars de l'accueil changer de tête; j'ai été reçue par un agent administratif quelconque, qui a accepté de me lire mon acte de naissance, pas de m'en donner copie- celui d'origine, avant adoption- les prénoms qui figuraient dessus : Agnès Jacqueline (merci papa et merci maman de ne pas les avoir gardé lol! ça colle pas du tout avec moi !). Je suis sortie en pleurs, en me disant que quand même quelqu'un avait pris la peine - mais qui- de me donner deux prénoms.

Quelques années plus tard, je suis allée consulter mon dossier; j'ai été très bien reçue, les deux fois. J'ai été stupéfaite de la minceur du dit dossier, que l'on m'a aimablement photocopié.

J'ai lu des rapports me concernant quand j'étais bébé; on pensait que j'étais soit sourde soit autiste, que j'avais été placée, après un séjour en pouponnière, dans une famille avec un nom roumain; celà m'a fait sourir, car je faisais du bénévolat dans une association de marins et j'avais une prédisposition pour les langues slaves ; je me suis toujours demandée si ça avait un lien. Razz

Bref, je me suis arrêtée là, j'étais un peu apaisée avec le temps;j'avais appris à vivtre avec ce "trou".

Plus tard, j'ai été enceinte; j'ai mal vécu ma grossesse, tout comme pendant très longtemps je ne pouvais entrée dans une maternité ; ado, j'ai une cousine qui avait accouchée d'une petite fille; nous sommes allés lui rendre visite, c'était la 1ère fois que j'entrais dans une maternité. Tel un ras de marée toute ma douleur, mes questions ma rage sont remontées en surface...quand je l'ai vu avec son bébé dans les bras ; comment moi elle avait pu me laisser derrière elle comme un paquet encombrant, haissable alors que je ne lui avait rien fait ???- j'ai eu un malaise, prétextant qu'il faisait trop chaud j'ai attendu dans les jardins.

Et mes amies qui avaient accouchées, je ne pouvais aller les voir dans les maternités... c'est quelque chose de persistant, même encore aujourd'hui...des fois je me dis "mais t'es grave ma fille! faut passer à autre chose!"

Bref, ma propre grossesse j'ai détesté ça... alors que souvent notre entourage jubile ! Ma maman était heureuse pour moi, elle aimait bien qu'on en parle car elle n'avait pas connu ça pour m'avoir.

Je me suis sentie maman quant on m'a posé mon fils sur le ventre, j'ai regardé ses petits yeux et je me suis dis : tes racines commence ici, ce qui s'est passé avant ce n'est plus rien.

Cela a été le cas, de nombreuses années, mais ce X c'est un fantôme qui me hante, une ombre qui est toujours là à mes côtés, même si je suis en paix, je n'ai pas eu mes réponses...

Donc aujourd'hui, me revoilà mais je sais que je ne suis plus "seule" en quelque sorte.

Je n'ai jamais cherché des parents dans mes démarches; mon papa (décédé aujourd'hui) et ma maman ont été là pour moi.

Je veux SAVOIR de qui je tiens la couleur de mes yeux, de mes cheveux tout ça ; savoir pourquoi elle m'a abandonnée, qui était il, comment ais été conçue... Ais-je des frères et soeurs? ce qui me réjouirai et me blesserai à la fois...

Je lui ou leur doit un merci tout de même, sans cet épisode j'aurai pas eu la vie que j'ai. Mais toujours aujourd'hui je veux crier ma rage- toute aide est la bienvenue-

Quand j'ai consulté mon dossier je me souviens que la dame des services sociaux m'avait expliqué que tout ça s'était pour "protéger" les enfants et je me souviens lui avoir répondu "comment ça protéger? en quoi ça protège? ça pourrit la vie oui ! ça détruit tout un être à petit feu, c'est une plaie béante qui ne se ferme jamais! ça l'a protégée elle oui ! lui aussi ! eux ils ont fait leur vie, sont passés à autre chose ! moi je ne peux pas !"

Je sais c'est égoiste, il y a peut être plein de raisons qui ont poussées à mon abandon ; mais c'est le temps qui passe qui permet d'accepter de le reconnaître, qui modifient le cheminement, enfin le mien du moins.

Voilà, mon petit bout de vie; aujourd'hui ma démarche est plus paisible, j'espère toujours trouver des infos parce que ça ronge toujours, mais je sais que peut être je mourrai sans savoir, je n'aurai pas vécu complètement. Comme beaucoup de nés sous X je pense.

Merci de m'avoir lu - peut-être, je serai rassurée de savoir que je suis "normale" dans ma douleur mon inquiétude et de trouver des personnes qui partagent et écoutent.

Merci, ça m'a fait du bien. flower
[i]

Voir le profil de l'utilisateur
Bonsoir et merci pour ce beau témoignage dans lequel je me suis beaucoup retrouvée sur certains points.

Et oui, notre abandon sous X a de nombreuses répercussions dans notre vie, sur des tas de plans différents ... on parle souvent du droit de l'enfant concernant l'amputation qu'est le "x" posé sur nos origines, mais on oublie que cet enfant grandit et devient un adulte qui devra essayer de se construire sans la connaissance de ces racines, sans pouvoir poser de mots sur les maux issus des conditions de l'abandon.

Je ne vois pas non plus en quoi le "x" protège. Que l'enfant puisse avoir des parents comme tout le monde, car ses parents biologiques ne peuvent pas s'en occuper, est certes une chance, et là est la protection, d'une certaine manière. Mais qu'est-ce que le "x" vient faire là-dedans ? protéger les mères alors ? oui, mais à un instant précis, sans envisager le futur pour elles non plus, et cette torture qu'est l'omni-absence de celui ou celle que l'on a porté durant 9 mois. Quelles que soient les circonstances ... Nous sommes une partie de nos mères biologiques et elles le savent très bien, comment pourraient-elles nous oublier ? ont-elles réellement eu le choix d'ailleurs ?

Il faut vivre avec ce fardeau mais le problème est qu'on ne vit pas seul avec car on le fait porter, sans le vouloir, à notre entourage : nos parents, nos amis, notre conjoint(e), nos enfants ...

J'ai moi-même eu longtemps beaucoup de mal avec la "grossesse" des autres, et à me sentir prête à devenir mère à mon tour. Ca va mieux mais j'appréhende encore. J'ai peur de ne pas aimer comme il faut ou de ne pas faire aussi bien que mes parents adoptifs qui sont formidables, et ça aussi c'est une chance. Malgré cette chance, comme tu le dis si bien, c'est tout de même une partie de nous qu'il nous manque.

Nés sous x, ce n'est pas seulement qu'on ne peut pas retrouver nos origines, mais on en a pas le DROIT, on nous le refuse ! au nom de quoi ???

Qui peut prétendre que nos mères ont eu le choix, sont passées à autre chose, n'ont pas été forcées. Allons, on sait bien pourtant que ce n'est pas si simple qu'on veut bien nous le faire croire !
Aurons-nous un jour le droit de vivre normalement, sereinement, simplement en sachant ?
Au nom de tous ceux qui se battent, même en silence, qu'on nous rende enfin ce qui nous appartient !

Et un message aux mères de naissance qui hésitent à se faire connaître, nous ne leur en voulons pas et leur demandons de sortir du silence, pour leur bien-être, pour notre bien-être.

Bon courage à toi et bienvenue chez les "x en colère" Smile

Voir le profil de l'utilisateur

3 UN PAS EN AVANT le Jeu 4 Oct - 10:21

Merci pour votre message de votre bienvenue et cette compréhension et écoute qui m'a fait si longtemps défaut.

Mon espoir, enfin cette petite lueur d'espoir est restée comme une braise, attendant son heure, car j'ai un jour discuté avec un jeune marin allemand (19 ans); tout comme moi il avait été adopté.

Je ne saurais dire ce qui a fait que les deux étrangers que nous étions, ont pu en arriver à aborder un tel sujet de discussion...

Il m'avait dit que dans son pays, comme dans d'autres, l'accouchement sous x n'étant possible, il avait pu retrouvé la femme qui l'avait mise au monde.

Comme tout x, il a été curieux et a demandé à la rencontrer,pour comprendre.

Ils avaient un signe distinctif commun, ils avaient tous les deux une mèche de cheveux blonds, au même endroit, au milieu d'une chevelure brune. C'est idiot, et en même temps c'est énorme.

Il entretenait des relations amicales avec elle ; pas plus. Il avait des parents et il avait le chaînon manquant de ses origines. Une satisfaction, une paix. Finir par savoir que l'on a pas été abandonné parce que l'on a pu faire quelque chose de mal.

Il avait été peiné pour moi, dans ma détresse de ne pas pouvoir savoir.

Voir le profil de l'utilisateur

4 on ressent tous la meme chose le Jeu 4 Oct - 11:35

Ton témoignage reflète bien ce que nous ressentons tous nous les nés sous x .Nous sommes amputé de nos origines et on fait tout pour que nous ne les connaissions jamais , mais pourquoi notre pays traite ses enfants de cette façon , c' est inhumain et tous les jours nous nous regardons dans un miroir sans tain en nous demandant à qui nous ressemblons et pourquoi on nous a laissé sur le bord de la route .C ' est une souffrance au quotidien mais il nous faut vivre avec .C ' est pas évident du tout , mais je crois aussi que cela nous rend plus fort , enfin pour ceux qui arrivent à à le gérer .
Bienvenue chez nous .
Graciane x .

Voir le profil de l'utilisateur

5 je ne suis plus seule dans le noir le Dim 7 Oct - 12:34

graciane a écrit:Ton témoignage reflète bien ce que nous ressentons tous nous les nés sous x .Nous sommes amputé de nos origines et on fait tout pour que nous ne les connaissions jamais , mais pourquoi notre pays traite ses enfants de cette façon , c' est inhumain et tous les jours nous nous regardons dans un miroir sans tain en nous demandant à qui nous ressemblons et pourquoi on nous a laissé sur le bord de la route .C ' est une souffrance au quotidien mais il nous faut vivre avec .C ' est pas évident du tout , mais je crois aussi que cela nous rend plus fort , enfin pour ceux qui arrivent à à le gérer .
Bienvenue chez nous .
Graciane x .

Merci également pour votre accueil

Voir le profil de l'utilisateur
Merci pour ce long message Themis !
Hallucinant, j'ai cru retrouver des passages de mon livre tellement nos vécus et nos sentiments sont proches !

Ce qui est terrible, dans cette histoire, c'est que quand on pense commencer à pouvoir se résigner et à s'habituer à l'absence de pensées concernant ce vide sous nos pieds, ça nous repète en pleine figure un beau jour, et on n'a rien vu venir ! On peut éventuellement guérir de l'abandon mais pas du X. Je dirais même que la pathologie s'aggrave au fil des années d'échec dans les recherches et de déceptions accumulées. On s'enfonce chaque fois un peu plus profond.

Bon courage !



Voir le profil de l'utilisateur

7 Pour Thémis le Mar 20 Nov - 23:35

Coucou Thémis, je suis nouvelle sur le Forum et je viens de lire ton témoignage dans lequel je me reconnais. La colère, c'est ce que l'on ressent en te lisant et comme je te comprends! Car je bouillonne moi aussi depuis 40 ans! On protège les femmes qui abandonnent leur bébé et on ne fait aucun cas de l'être qui doit vivre avec cette absence. Absence de maman, absence d'origines, absence de vérité, absence d'amour. C'est terrible. j'aimerai tellement pouvoir t'aider, toi et tous ceux, qui sont comme nous. Pour ma part j'ai demandé mon dossier à l'hôpital et au CNAOP, j'attends les réponses. Il faut dire que j'avais arrêté de chercher depuis 10 ans et je pensais avoir mis tout ça dans un coin, car "elle" ne méritait même pas mes pensées...Mais ça vous hante, comme tu dis, c'est toujours là, présent à vous bouffer à petit feu.J'ai aussi engagé un détective privé depuis 1 mois, alors j'attends. En ce moment, je vois des émissions sur le sujet et ça me bouffe encore plus de savoir. j'ai tout à coup à nouveau ce besoin primordial de savoir avant qu'elle ne soit trop âgée, avant que ce ne soit trop tard... Bats toi! Surtout ne baisse pas les bras mais que cette épreuve ne t'empêche pas de vivre ta vie de femme aujourd'hui. On a tous cela en commun c'est qu'on a la force, la rage de vivre malgré ce mauvais départ. Je suis née grande prématurée (chouette, elle a eu l'occasion de se débarrasser plus vite de moi!) alors, tu vois, j'ai eu la force de me battre dés mes premiers instants sur cette Terre. Il faut continuer, toi aussi, fais tout ce que tu peux pour trouver les réponses et sois heureuse! Je t'embrasse

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum